L’économie collaborative : quand les marques traditionnelles se réinventent

Vu par Magali

Publié le 25-02-2016 à 11:25

Ubérisation : le mot ne figure pas encore dans le Larousse mais a envahi la sphère économique depuis près d’un an. Son origine provient bien évidemment de la non moins célèbre société de taxis Uber qui a rendu fous les traditionnels chauffeurs de taxis. Un terme qui est aujourd’hui utilisé à toutes les sauces et dans tous les domaines, de quoi en faire trembler l’économie traditionnelle.

 

L’observatoire de l’ubérisation (et oui il existe !) définit alors ce phénomène de « changement rapide des rapports grâce au numérique.  Au carrefour de l'économie du partage, de l'innovation numérique, de la recherche de compétitivité et de la volonté d'indépendance des Français, ce phénomène est une lame de fond qui va petit à petit impacter tous les secteurs de l'économie traditionnelle des services. »*

La sans précédente accélération du numérique est donc à l’origine du phénomène. Les usages changent, le client est au centre de la relation avec les marques. Il donne son avis, il recommande, il partage…Un esprit de collaboration ou chaque membre est contributeur et consommateur : un nouveau modèle qu’ont investi les désormais très célèbres Blablacar, Air bnb, Leboncoin et j’en passe.

 

     

 

Des changements de consommation qui soulèvent alors un réel défi pour les marques « traditionnelles ».  Elles doivent alors repenser leur rapport au marché et aux consommateurs, faire preuve de créativité et parfois même réinventer leur modèle économique ou leur manière de communiquer avec leur cible.

 

Voici quelques exemples de marques

Mr Bricolage

En juin dernier, en créant ladepanne.fr, site de location et de vente d’outils entre particuliers, Mr. Bricolage entend participer à cette « économie de la débrouille ». L’entreprise souhaite surtout rajeunir sa clientèle et la fidéliser grâce à un système de points récoltés à chaque transaction monétisables en bons d’achat dans le magasin.

Malin non ?

 

 

 

Accor

Certaines sociétés comme Accor investissent dans des start up « disruptive » afin de proposer une expérience globale à leurs clients. Elle a dernièrement racheté Wipolo, spécialiste des itinéraires de voyages ainsi que Fastbooking, expert en solutions de réservations sur internet.

 

 

 

 

SNCF

Fin 2014, le groupe SNCF invente IDVROOM, un système de covoiturage qui se positionne sur les trajets quotidiens et réguliers permettant aux passagers d’aller ensuite prendre le train. Un site internet et une application mobile facilitent la mise en relation des utilisateurs.

Ça ne vous rappelle rien ?

 

 

 

 

Bref, vous l’aurez compris, l’économie est en pleine mutation, le pouvoir est désormais entre les mains du consommateur.
Au-delà des actions marketing menées par la marque, elle est en permanence soumise aux jugements des internautes et doit donc utiliser de nouveaux moyens de communication pour établir la relation avec ses clients.

Un phénomène qui se développe à grande vitesse.
Saurez-vous prendre le bon wagon ?

 

* Observatoire de l’ubérisation : www.uberisation.org

 

 

  Magali Geffriaud

  Chargée de communication


COMMENTAIRES

Laissez-nous un commentaire: